Poster un commentaire

Monde, ecologie, une bacterie capable de recycler un metal rare

METAL RARE

french Monde, écologie, une bactérie capable de recycler un métal rare – AFP – Une bactérie très répandue dans le sol est capable de recycler le palladium, un métal rare utilisé notamment dans les pots catalytiques des automobiles, contenu dans les déchets industriels, selon une étude britannique sur ce procédé de chimie verte publiée mercredi. Le palladium appartient aux métaux du groupe platine, dont les prix sur les marchés, qui rivalisent avec ceux de l’or, reflètent la rareté. En outre, seuls quelques pays sont exportateurs de palladium (Russie et Afrique du Sud principalement) et la demande a souvent excédé l’offre au cours des dernières années. D’où l’intérêt de pouvoir recycler le palladium déjà existant pour assurer l’avenir, souligne le Dr Kevin Deplanche (Ecole des Biosciences de l’Université de Birmingham) qui a dirigé cette étude, publiée dans l’édition de septembre de la revue « Microbiology ». L’équipe du Dr Deplanche est parvenue à expliquer comment la bactérie Desulfovibrio desulfuricans parvenait à « réduire » chimiquement le palladium pour le transformer en nanoparticules qui s’agglutinent à la surface de cette bactérie. Ces très petites particules conservent le pouvoir catalytique du palladium, selon les chercheurs. Elles constituent « un excellent catalyseur pour le traitement de polluants persistants, comme le chrome utilisé par l’industrie de la peinture », indique le Dr Deplanche. Ces nanoparticules de palladium pourraient également être utilisées pour produire de « l’électricité propre à partir de l’hydrogène » dans une pile à combustible, estime-t-il. « Notre objectif final est de développer un procédé qui permette de convertir les déchets métalliques en catalyseurs de haute valeur destinés à la chimie verte et à la production d’énergie propre », explique le chercheur de l’université britannique.

World Ecology, a bacterium capable of recycling a rare metal – AFP – A very common bacteria in the soil is able to recycle the palladium, a rare metal used in catalytic converters including automobiles, contained in industrial waste, according to a study this British method of green chemistry on Wednesday. Palladium belongs to the platinum group metals, with prices on the market, rivaling that of gold, reflecting the scarcity. In addition, only few countries are exporters of palladium (Russia and South Africa mainly) and demand has often exceeded supply in recent years. Hence the importance of being able to recycle the existing palladium for the future, said Dr. Kevin Deplanche (School of Biosciences University of Birmingham) who led the study, published in the September edition of the journal Microbiology. Deplanche’s team has managed to explain how the bacterium Desulfovibrio desulfuricans was able to « reduce » chemically transformed into the palladium nanoparticles, which cling to the surface of this bacterium. These very small particles retain the catalytic activity of palladium, according to researchers. They are « an excellent catalyst for the treatment of persistent pollutants such as chromium used by the paint industry, » said Dr. Deplanche. These palladium nanoparticles could also be used to generate « clean electricity from hydrogen » in a fuel cell, says he. « Our ultimate goal is to develop a method that allows to convert the scrap into high-value catalysts for green chemistry and production of clean energy, » said British university researcher.

german World Ökologie, eine gemeinsame Bakterium in der Lage das Recycling des Metalls – AFP – Eine sehr häufige Bakterien im Boden kann das Palladium, ein seltenes Metall in Katalysatoren recyceln einschließlich gebrauchte Autos, in der industriellen Abfälle enthielt, wurde diese Studie LUKAS British Methode der grünen Chemie « am Mittwoch. Palladium gehört zu den Platinmetallen, mit Preisen auf dem Markt, rivalisiert von Gold, was auf die Knappheit. Darüber hinaus sind nur wenige « Länder Exporteure von Palladium (vor allem Russland und Südafrika) und die Nachfrage ist oft in den letzten Jahren FUP liefern. Daher die Bedeutung der Fähigkeit, die bestehenden Palladium für die Zukunft, sagte Dr. Kevin Deplanche (School of Biosciences University of Birmingham recycle) Wer führte die Studie, veröffentlicht in der September-Ausgabe der Zeitschrift Microbiology. Hat Deplanche Team gelungen zu erklären, wie das Bakterium Desulfovibrio desulfuricans Able zu « reduzieren » chemisch umgewandelt Into the Palladium-Nanopartikel wurde, was auf der Oberfläche dieses Bakterium zu klammern. Diese sehr kleinen Partikel bleiben die katalytische Aktivität der Palladium, LUKAS die Forscher. Ltr. « ein hervorragender Katalysator für die Behandlung von schwer abbaubaren Schadstoffen haben solche Chrom der Lackindustrie eingesetzt », sagte Dr. Deplanche. Diese Nanopartikel aus Palladium « könnte auch genutzt werden, um zu erzeugen » sauberen Strom aus Wasserstoff in einer Brennstoffzelle, sagt er. « Unser oberstes Ziel ist es, eine Methode entwickeln, das erlaubt, den Schrott in hochwertige Katalysatoren für Green Chemistry und Produktion von sauberer Energie umzuwandeln », sagte British Hochschulforscher.
Google Traduction pour les :RecherchesVidéosE-mailsMobilesChatsEntreprises

spanish Mundial de Ecología, una bacteria común capaz de reciclar el metal – AFP – Una bacteria muy común en el suelo pueda reciclar el paladio, un metal raro en convertidores catalíticos incluidos los automóviles usados, contenidos en los residuos industriales, este estudio fue LUKAS británica Método de la química verde el miércoles. El paladio Pertenece a los metales del grupo del platino, con los precios en el mercado, rivalizando con la de oro, reflejando la escasez. Además, muy pocos « los países son exportadores de paladio (sobre todo Rusia y Sudáfrica) y la demanda ha menudo en los últimos años la oferta FUP. De ahí la importancia de ser capaz de reciclar el paladio existentes para el futuro, dijo el Dr. Kevin Deplanche (Escuela de Biociencias de la Universidad de Birmingham) ¿Quién dirigió el estudio, publicado en la edición de septiembre de la revista Microbiología. Tiene equipo Deplanche lograron explicar cómo la bacteria Desulfovibrio desulfuricans fue capaz de « Reducir » transforman químicamente en las nanopartículas de paladio, que se adhieren a la superficie de esta bacteria. Estas partículas muy pequeñas mantener la actividad catalítica de paladio, LUKAS a los investigadores. Ltr « un catalizador excelente para el tratamiento de contaminantes persistentes han cromo, utilizado por la industria de pintura », dijo el Dr. Deplanche. Estas nanopartículas de paladio podría « también se utilizará para generar » electricidad limpia a partir de hidrógeno « en una celda de combustible, dice. « Nuestro objetivo final es desarrollar un método que permite convertir los desechos en catalizadores de alto valor para la química verde y la producción de energía limpia », dijo el investigador universitario británico.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :