2 Commentaires

France, seisme, danger, centrales nucleaires sur zones a risques

Centrale nucléaire du Tricastin

french France, séisme, centrales nucléaires sur zones à risques – Irmine Blanc – Une centrale nucléaire sur une zone sismique en France, est-ce possible ? A cette question je réponds oui. Personne ne veut y croire, pourtant la majorité des centrales nucléaires du sud-est de la France se localise sur des zones à risques. Pour prendre un exemple: le site du Tricastin qui abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de la Drôme, sur la commune de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Elle est bâtit à 8 km de la commune de Clansayes, épicentre de nombreux tremblement de terre durant ces derniers siècles. Cette centrale nucléaire est implantée sur la ligne sismique allant du Tricastin jusqu’à Cavaillon et Nîmes. Le Tricastin, plus particulièrement Clansayes a connu plusieurs séismes de grande intensité. Les tremblements de terre de juin 1772 à décembre 1773 ont causé les dégâts les plus importants à Clansayes, le clocher de l’église a été abattu. Cette crise à presque atteint une intensité épicentrale de 8. D’octobre 1933 à août 1936, une autre crise s’enclenche. En février et en mai 1936, la crise atteint son maximum avec des magnitudes relevées entre 3 à 3,5. Début décembre 2002, une nouvelle crise débute par des bruits décrits comme des explosions. Une station sismologique installée le 20 décembre au milieu du lotissement des Grèses (Clansayes) a permis de confirmer qu’il s’agissait bien de séismes. La plupart sont de très faible magnitude (proche de 0). La plus forte secousse enregistrée était de magnitude 2 pendant la nuit de la Saint-Sylvestre, ressentie à Clansayes et Saint-Paul-Trois-Châteaux. Cette station sismologique a permis une localisation très préliminaire des foyers des séismes. La zone la plus active est localisée à l’aplomb du lotissement. Certains foyers sont situés à moins de 400 mètres de profondeur, ce qui est extrêmement proche de la surface (Habituellement, les foyers des séismes se produisant en France sont situés vers 5 à 10 km de profondeur). En 2002 et 2003, EDF a déclaré deux incidents génériques de niveau 1 sur l’échelle INES relatifs à la tenue au séisme de composants de certains REP 900 MWe français, dont ceux de la centrale du Tricastin. L’incident déclaré le 14 octobre 2002 concerne la tenue au séisme de réservoirs d’eau permettant d’assurer le refroidissement du coeur en cas d’accident. Les travaux nécessaires à la remise en conformité de la centrale se sont terminés en décembre 2005. L’incident déclaré le 28 octobre 2003 concerne la tenue au séisme de tuyauteries connectées à l’un des réservoirs d’eau concerné par l’incident du 14 octobre 2002. Avec toutes ces informations plutôt alarmantes dans un futur proche ou lointain, les exploitants nucléaires devraient certainement se conformer aux normes de sécurité, notamment antisismiques, ce qu’ils refusent de faire pour des raisons financières. Un document des Autorités de sureté nucléaire française (IRSN / ASN) daté de juin 2003 atteste de la minimisation systématique par les exploitants nucléaires des risques et de la non-conformité des installations aux normes parasismiques. Regardez le document suivant provenant de la préfecture de la Drôme : Description des risques à Clansayes.

France, earthquake, nuclear power plants on risk areas – Irmine Blanc – A nuclear power plant on an earthquake zone in France, is this possible? To this question I answer yes. Nobody wants to think, but most nuclear power plants in south-eastern France are located in areas at risk. To take one example, the Tricastin site that houses the nuclear power plant operated by EDF in the department of Drôme, in the commune of Saint-Paul-Trois-Chateaux. It is built 8 km from the town of Clansayes, the epicenter of many earthquakes over the centuries. This nuclear power plant is located on seismic line from Tricastin to Cavaillon and Nimes. Tricastin, especially Clansayes has experienced several earthquakes of great intensity. Earthquakes from June 1772 to December 1773 caused the greatest damage to Clansayes, the steeple of the church was shot. This crisis reached almost epicentral intensity of 8. From October 1933 to August 1936, another crisis snaps. In February and May 1936, the crisis reached its peak with magnitudes reported between 3 to 3.5. In early December 2002 a new crisis starts with sounds described as explosions. A seismic station installed on December 20 in the middle of the subdivision of sandstone (Clansayes) confirmed it was indeed an earthquake. Most are very small magnitude (close to 0). The strongest tremor reached magnitude 2 (Night of Saint-Sylvestre), felt to Clansayes and Saint-Paul-Trois-Chateaux. This seismic station has a very preliminary localization of the foci of earthquakes. The most active area is located directly above the subdivision. Some homes are located within 400 meters deep, which is extremely close to the surface (usually the homes of earthquakes occurring in France are located about 5 to 10 km deep). In 2002 and 2003, EDF said two incidents generic Level 1 on the INES scale on the seismic behavior of certain components of 900 MWe French PWR, including those of Central Tricastin. The incident reported October 14, 2002 for the seismic behavior of water tanks to ensure core cooling accident. The work necessary to restore compliance of the station is completed in December 2005. The incident reported October 28, 2003 for the seismic behavior of piping connected to any water reservoirs affected by the incident on October 14, 2002. With all this information, rather alarming in a near or distant future, nuclear operators should certainly comply with safety standards, including earthquake, which they refuse to do so for financial reasons. A document of French Nuclear Safety Authorities (IRSN / DSC) dated June 2003 shows the minimization routine nuclear operators risk of non-compliance facilities to seismic standards.

german Frankreich, Erdbeben, Kernkraftwerke auf Risikogebiete – Irmine Blanc – Ein Atomkraftwerk auf einem erdbebengefährdeten Gebiet in Frankreich, ist das möglich? Auf diese Frage antworte ich ja. Niemand will glauben, aber die meisten Kernkraftwerke in Südosten Frankreichs sind in gefährdeten Gebieten befinden. Um ein Beispiel, betrieben Standort Tricastin, dass das Kernkraftwerk Häuser von EDF im Departement Drôme, in der Gemeinde Saint-Paul-Trois-Chateaux. Es ist 8 km von der Stadt Clansayes, dem Epizentrum der vielen Erdbeben im Laufe der Jahrhunderte gebaut. Das Kernkraftwerk befindet sich auf seismische Linie von Tricastin zu Cavaillon und Nimes entfernt. Tricastin, insbesondere Clansayes hat mehrere Erdbeben von großer Intensität erlebt. Erdbeben von Juni 1772 bis Dezember 1773 verursachte die größten Schäden an Clansayes, der Turm der Kirche erschossen wurde. Diese Krise erreicht fast Epizentralintensität von 8. Von Oktober 1933 bis August 1936, schnappt eine weitere Krise. Im Februar und Mai 1936 erreichte die Krise ihren Höhepunkt mit Magnituden zwischen 3 bis 3,5 gemeldet. Anfang Dezember 2002 eine neue Krise beginnt mit Sounds wie Explosionen beschrieben. Eine seismische Station am 20. Dezember in der Mitte der Unterteilung des Sandstein (Clansayes) installiert bestätigt, es war tatsächlich ein Erdbeben. Die meisten sind sehr kleine Größe (nahe 0). Das stärkste Beben erreichte Größe 2 (Night of Saint-Sylvestre), fühlte Clansayes und Saint-Paul-Trois-Chateaux. Diese seismische Station hat eine sehr vorläufige Lokalisation der Herde der Erdbeben. Die aktive Fläche befindet sich direkt über die Unterteilung entfernt. Einige Häuser sind in 400 Metern Tiefe, die extrem nahe an der Oberfläche (in der Regel die Wohnungen von Erdbeben waren in Frankreich sind etwa 5 bis 10 km tief gelegen) befindet. In 2002 und 2003, sagte EDF zwei Vorfälle generischen Ebene 1 auf der INES-Skala auf die seismische Verhalten bestimmter Komponenten von 900 MWe Französisch PWR, einschließlich der Zentrale Tricastin. Der Vorfall gemeldet 14. Oktober 2002 für die seismische Verhalten des Wassertanks, um sicherzustellen, Kernkühlung Unfall. Die erforderlichen Arbeiten zur Wiederherstellung der Einhaltung der Station ist im Dezember 2005 abgeschlossen. Der Vorfall gemeldet 28. Oktober 2003 für das seismische Verhalten von Rohrleitungen keine Stauseen von dem Vorfall am 14. Oktober 2002 betroffen verbunden. Mit all diesen Informationen, sondern alarmierend in naher oder ferner Zukunft, sollte der Betreiber kerntechnischer Anlagen sicherlich mit Sicherheitsstandards, einschließlich Erdbeben, das sie sich weigern, dies zu tun finanziellen Gründen nachzukommen. Ein Dokument von Französisch Reaktorsicherheit Authorities (IRSN / DSC) vom Juni 2003 zeigt die Minimierung Routine Betreiber kerntechnischer Anlagen Risiko der Nichteinhaltung Einrichtungen zu seismischen Standards.

spanish Francia, un terremoto, las centrales nucleares en las zonas de riesgo – Irmine Blanc – Una planta de energía nuclear en una zona de terremotos en Francia, ¿es esto posible? A esta pregunta respondo que sí. Nadie quiere pensar, pero la mayoría de las plantas de energía nuclear en el sur-este de Francia se encuentran en zonas de riesgo. Por poner un ejemplo, el sitio Tricastin, que alberga la planta de energía nuclear operada por EDF en el departamento de Drôme, en la comuna de Saint-Paul-Trois-Chateaux. Está construido a 8 km de la ciudad de Clansayes, el epicentro de los terremotos muchas largo de los siglos. Esta planta de energía nuclear se encuentra en la línea sísmica de Tricastin a Cavaillon y Nimes. Tricastin, especialmente Clansayes ha experimentado varios sismos de gran intensidad. Los terremotos de junio 1772 a diciembre 1773 causó el mayor daño a Clansayes, el campanario de la iglesia recibió un disparo. Esta crisis alcanzó casi la intensidad epicentral de 8. Desde octubre 1933 hasta agosto 1936, otra crisis de encaje. En febrero y mayo de 1936, la crisis alcanzó su punto álgido con magnitudes reportado entre 3 y 3.5. A principios de diciembre de 2002, una nueva crisis se inicia con sonidos descrito como explosiones. Una estación sísmica instalada el 20 de diciembre en medio de la subdivisión de la piedra arenisca (Clansayes) confirmó que se trataba efectivamente de un terremoto. La mayoría son muy pequeña magnitud (cerca de 0). El fuerte temblor alcanzó magnitud 2 (Noche de San Silvestre), consideró que Clansayes y Saint-Paul-Trois-Chateaux. Esta estación sísmica tiene una localización muy preliminar de los focos de los terremotos. La zona más activa se encuentra justo encima de la subdivisión. Algunas casas se encuentran a menos de 400 metros de profundidad, que está muy cerca de la superficie (por lo general las casas de los terremotos que ocurren en Francia se encuentran entre 5 y 10 km de profundidad). En 2002 y 2003, EDF dijo que dos incidentes genéricos de nivel 1 en la escala INES en el comportamiento sísmico de ciertos componentes de 900 MWe PWR franceses, entre ellos los de Centroamérica Tricastin. El incidente reportado 14 de octubre 2002 para el comportamiento sísmico de los tanques de agua para garantizar la refrigeración del núcleo accidente. El trabajo necesario para restaurar el cumplimiento de la estación se ha completado en diciembre de 2005. El incidente reportado 28 de octubre 2003 para el comportamiento sísmico de las tuberías conectadas a cualquier depósitos de agua afectados por el incidente el 14 de octubre de 2002. Con toda esta información, más bien alarmantes en un futuro cercano o lejano, los operadores nucleares sin duda debe cumplir con las normas de seguridad, incluyendo terremoto, que se niegan a hacerlo por razones financieras. Un documento del francés Autoridades de Seguridad Nuclear (IRSN / DSC) de junio de 2003 muestra la minimización del riesgo de rutina operadores de instalaciones nucleares no-cumplimiento de las normas sísmicas.

Publicités

2 commentaires sur “France, seisme, danger, centrales nucleaires sur zones a risques

  1. Je garde toujours un oeil critique sur les textes publiés sur le net et je vous sent très parti prit

    VOUS DITES : « Un document des Autorités de sureté nucléaire française (IRSN / ASN) daté de juin 2003 atteste de la minimisation systématique par les exploitants nucléaires des risques et de la non-conformité des installations aux normes parasismiques »

    Le document en lien après n’est n’y de IRSN n’y de ASN n’y d’un l’exploitant nucléaire

    Il n’y a donc aucun fondé à votre phrase « atteste de la minimisation systématique par les exploitants nucléaires  »

    Ayez vous aussi un oeil critique sur vos craintes et fondez les svp

    • Bonjour
      Merci pour votre commentaire et pour votre sens critique (sans ironie). J’avoue que j’aurai pu être plus clair. Je n’arrive plus à retrouver ce doc sur internet et mon ordinateur sur lequel je l’avais enregistré est mort. Curieux hasard vous me direz. « Le document en lien après n’est n’y de IRSN n’y de ASN n’y d’un l’exploitant nucléaire » Je ne dis pas le contraire, si je me relie bien. Enfin j’avoue que ca prete à confusion.
      Je vais bientôt fermer ce blog définitivement car il n’a plus raison d’être. Merci pour ce dernier commentaire encore une fois. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :